vendredi 17 novembre 2017

Au revoir les enfants

La semaine du blog se termine et visiblement, tout le monde en sort enchanté. 

Alors, quand l'un des profs reçoit ce joli message de la part de Valentin, on ne résiste pas à l'envie de le partager avec vous : 

"Je tiens tout d'abord à vous remercier pour m'avoir donné l'occasion de participer au Festival du Film de Sarlat par le biais du blog. 
Pendant trois jours, j'ai rencontré des personnes extraordinaires, que ce soit par le biais d'interview ou par hasard. 
J'ai réussi à grandir dans le monde de l'audiovisuel avec le montage de plus de deux heures d'interviews, ou de conférences. 
Je tiens également à remercier toute l'équipe du blog, Chloé, Sarah, Thomas, Mathieu, Zélie, Juliette, Sharon, Simon, Hugo, Martin, Lise, et les Mélissa et bien entendu, les enseignants et les encadrants. 
J'ai passé trois jours merveilleux dans une ambiance toujours joyeuse et bon enfant. J'espère participer au Festival l'année prochaine, peut-être en tant que bénévole. 
J'ai, au final, dormi neuf heures sur trois jours, pour faire un maximum de montages, d'articles pour le blog, qui est le moyen le plus sympa de faire partager l'aventure du Festival. 
Alors, bravo à tous. 
Merci et encore merci!" 

Prison break

16h30.

Après un sermon de Mme Jelowicki, Martin et Hugo s'empressent de commencer leur prochain article : ils s'empressent d'enfiler leur manteau, s'empressent de vérifier l'appareil photo, s'empressent de descendre vers la sortie....
Mais là c'est le drame, la porte est fermée à clef et les deux acolytes se trouvent bloqués.
Vite allons chercher Mme Huguet!


Mme Huguet en plein désespoir

Cela ne fonctionne pas.

Choix cornélien: rester enfermés au QG, ou emprunter la petite porte qui pue.

Que vont-ils décider ? 

Zélie Geoffroid, Hugo Pradellou et Martin Malaurie

A bras ouverts

Maëva et Julien de l'équipe d'accueil
 
Vendredi après-midi au Centre culturel de Sarlat. Un petit moment de répit pour l'équipe d'accueil. C'est là que nous rencontrons Maëva et Julien, deux bénévoles pendant la semaine du Festival.
 
Maëva et Julien sont deux anciens élèves du lycée Pré de Cordy, et c'est avec beaucoup d'enthousiasme qu'ils se sont proposés pour participer à l'édition 2017 du Festival. Avec deux autres jeunes, Jules et Jordan, ils constituent l'équipe d'accueil chargée de mettre de l'ambiance au Centre culturel et dans la salle P. Denoix. Julien a participé pendant trois ans en tant que lycéen au Festival : il connaît les lieux ! Maëva quant à elle participe pour la première fois à l'événement, heureuse de pouvoir se rapprocher un peu du monde du 7e art.

Leur mission est essentielle : apporter les micros aux élèves qui posent des questions aux acteurs et aux intervenants ! Mais ils prennent aussi en charge l'accueil des lycéens et des autres festivaliers lors des projections, des conférences, des rencontres... Un travail passionnant mais aussi éprouvant : leurs journées commencent à 9 heures et finissent uniquement lorsque la salle ferme, plutôt aux alentours de minuit. Sans compter le stress, le bruit, la fatigue, les sollicitations incessantes des jeunes qui se pressent au Centre Culturel... Pourtant, leur motivation est intacte, et ils sont prêts à tout pour gérer les problèmes et apporter une ambiance conviviale... Et toujours avec le sourire !

Merci pour votre accueil !! 

Mélissa²

L'épopée au Renoir, dernier épisode

Nos fringants blogueurs et les acteurs

Nous nous retrouvons aujourd'hui pour le dernier épisode de notre feuilleton.


- BlogBusters : Quel est le rôle que vous rêveriez d'avoir ?

- Pierre : Je dirais un méchant dans James Bond.

- Charlotte : Moi, c'était Anne Franck, mais c'est un peu tard.



- BlogBusters : Je pense qu'ils sont capables de faire un film Anne Frank 20 ans plus tard. 

- Charlotte : Je ne suis pas sûre. 

- Pierre : Ça va être mal accueilli je pense ! 


- BlogBusters : Est ce que vous avez des projets, est ce que vous vous imagineriez de l'autre côté de la camera ?


Pierre : Moi j'aimerais bien d'ici un an ou deux, pouvoir réaliser mon premier film, donc j'écris...


- BlogBusters : Vous le présenterez à Sarlat ?   
 
- Pierre : Avec plaisir si je peux venir je viendrai, un public jeune et cinéphile, c'est top. 
 
- Charlotte : .... 


- BlogBusters : (et oui Zélie a coupé la parole à Charlotte Gainsbourg) Quel le rôle dans lequel vous vous êtes les plus reconnus, où vous avez trouvé le plus de votre personne ? 

- Charlotte : Bizarrement je trouve qu'il y a beaucoup de moi dans le rôle, même si a priori, ça ne parait pas. (Elle parle de La promesse de l'aube
 
- Pierre : Il y des bouts de moi  un peu dans chaque film, enfin j'espère.  

- BlogBusters : Une chose à nous apprendre à propos de votre métier ? 
 
- Charlotte : Je suis pas très bonne pour donner des conseils. 
 
- Pierre : Vous apprendre un truc.. hum.....
 
-  BlogBusters : Quelque chose à retenir ? 

 
- Pierre : Qu'est que c'est quand quelqu'un sur un plateau dit "on va changer de cailloux", par exemple.


- Charlotte : (rires)

 
- Pierre : Ça je peux vous l'apprendre, ça veut dire que l'on va changer d'optique. Voila j'ai essayé de vous donner n'importe quoi qui m'est passé par la tête. Après vous apprendre une leçon..... Vraiment bien sentir ce métier, c'est dur. Le seul truc que j'arrive à me dire, c'est qu'il n'y a jamais de règles, c'est assez compliqué de donner des conseils à part de travailler et voir des films, c'est bien.


- BlogBusters : Est ce que vous vous voyez vieillir dans le cinéma ?

-  Pierre : J'aimerais bien avoir cette chance, c'est inspirant, c'est génial, mais vieillir dans le cinéma, je trouve ça dur.

-  Charlotte : Si tu passes à la réalisation, c'est..

- Pierre : Ouais c'est bien, comme ça, hop.

 
- BlogBusters : J'ai une dernière question, est ce que vous auriez des conseils pour des ados ayant des rêves plein la tête, qui aimeraient faire comme vous?

- Charlotte : Vouloir être acteur ?


- BlogBusters : Oui.

- Charlotte : Un conseil ?

- BlogBusters : Oui.

- Charlotte : Il faut le faire. Je n'ai pas fait d'école, donc je sais pas s'il faut en passer par là, mais c'est vrai que j'ai trois enfants, et je me suis toujours dit que je ne voulais pas qu'ils fassent ça. Ca fait du mal, si on vous refuse un rôle, c'est éprouvant, les refus sont très durs, et puis les creux comme je disais. Mais après je me suis dit, ma mère m'a transmis un amour pour ce métier, je réalise la chance que c'est d'être sur un plateau. Je lui en suis tellement reconnaissante parce que c'est vrai que c'est un métier magique, donc il ne faut surtout pas avoir peur. Après c'est le destin de chacun.

 
- BlogBusters : Mais c'est vrai que pour nous qui habitons dans un milieu rural, c'est assez difficile.

- Charlotte : J'ai un exemple à la maison. Yvan  (le mari de Charlotte) a grandi en banlieue, ses parents n'avaient rien à voir avec le cinéma. Il est allé au Cours Florent, et voilà les choses se sont faites.

- Pierre : Si on a envie, on doit se donner au moins une bonne fois dans sa vie les moyens de le faire, d'aller dans une école de théâtre, de se confronter à un avis, faire confiance aux jugements. Il faut savoir lire entre les lignes. Il faut se dire "je suis peut-être plus acteur, plus réalisateur, plus auteur, ou pas du tout, mais au moins tenter le truc."

Nous vous invitons à suivre le chemin de ces personnages humains, abordables avec qui nous avons profondément aimé discuter.


Zélie Geoffroid, Juliette Louf, Mathieu Leal.

Grand Florida hôtel

Cette année la sélection Tour du Monde offre de nombreux films tous extraordinaires et originaux et The Florida Project en fait partie.

affiche de The Florida Project

Ce film américain de Sean Baker vous transporte dans un monde coloré et enfantin ou junkies, immigrés, alcooliques et autres vivent en parfaite harmonie (ou pas) dans un motel de la banlieue de Disney World. Malgré un fantastique Willem Dafoe dans le rôle de Bobby, le gérant du motel, toute la distribution semble écrasée par le jeu d'acteur spontané et naturel de la petite Moonee incarnée par Brooklynn Prince.
Durant cette démonstration visuelle de toute beauté, vous suivrez Moonee et ses amis faisant les 400 coups, Bobby tentant désespérément de faire respecter les règles aux résidents du motel et à la mère de Moonee, Halley, droguée irresponsable et immature.
Toutes ces couleurs flashy, ces bâtiments surplombés de statues ridicules, ces panneaux publicitaires affreux et ces personnages tous plus excentriques et bizarroïdes les uns que les autres, nous transportent dans un univers quasi loufoque et incroyable qui reflète et critique la société de consommation et la ghettoïsation des plus pauvres.

Entre un vieux pédophile, une exhibitionniste et une prostituée, le moindre personnage "normal" nous semble venu d'un autre monde.  

Selon les festivaliers et les spectateurs, le film est visuellement intéressant et malgré une fin un peu vague, le film reste très bon.

Pour conclure, ce film est à voir si vous souhaitez vivre une expérience cinématographique hors du commun.


 Martin Malaurie et Hugo Pradellou
  

L'affaire est dans le sac !

Le festival du film de Sarlat n'est pas seulement une célébration du 7e art, il arrive que le monde de la mode se mêle à la fête pour le bonheur de nos yeux.

L'année dernière, nos prédécesseurs avaient, eux aussi, été frappés par cette invasion de sacs dans les rues de Sarlat. Ils étaient même allés jusqu'à la nommer "La guerre des sacs".   
  
les sacs de l'édition 2015
les sacs de l'édition 2016




















Bien évidemment l'équipe de Blogbusters trépidait d'impatience à la découverte de ces nouveaux sacs, s'attendant à être aussi émerveillée que les équipes des années précédentes... Mais voilà !

le bonheur au rendez-vous...


Le Tote Bag ! Une poche... En tissu... Voilà voilà, c'est à peu près tout ce qu'il y a à dire sur le sujet... AH excusez moi ! On a oublié l'essentiel, il est Bio !
Nous n'allons pas vous mentir, on était déçu, et même dépité comme vous pouvez le constater ci-dessus. 

Alors au lieu de se lamenter sur notre sort, nous avons contacté des professionnels (ou pas) et nous sommes tous fiers de vous présenter :

La collection Tote bag - Sarlat 2017 - tendance bobo

nos mannequins posant avec ces fameux sacs


Il peut se porter de toutes les manières et vous mettra en valeur auprès de vos proches, il vous accompagnera lors de vos courses, votre bronzette sur la plage ou encore votre pique-nique familial. Bref, le Tote Bag sera votre compagnon quotidien ! (Attention toutefois aux jours de pluie, aucune garantie concernant son étanchéité...)

Toute l'équipe
  

L'épopée au Renoir, épisode 4

 
Pierre Niney et Charlotte Gainsbourg. Photo d'Emmanuelle Thiercelin, photographe officielle du Festival


Précédemment, dans l'Epopée au Renoir, Pierre Niney et Charlotte Gainsbourg choisissaient entre théâtre et cinéma.
Blogbusters : Selon vous, qu'est ce qui est le plus difficile dans le métier d'acteur ?


- Pierre (en riant) : Eric Barbier (note des blogueurs : Eric Barbier est le réalisateur de La promesse de l'aube).


- Eric : Et moi je suis pas invité alors ? C'est dégueulasse, vous voulez que les acteurs mais je comprends, je comprends !


- Pierre : On veut du glam, on veut du rock !


- Eric : Ouais et puis voir les acteurs c'est plus marrant que de voir un vieux schnock, bon alors je vous laisse. 


- Charlotte (sérieuse, elle au moins) : Pour moi, le plus dur ce sont les trous entre les films, c'est de pas savoir ce que je vais faire. Car il y a forcément des périodes de creux, et puis parfois on sait pas ce qu'on va faire. 
(Devant nos têtes un peu perplexes, Charlotte explique ce que sont les "trous" : une période d'incertitude entre deux films.)


- Blogbusters: On dit souvent que c'est un métier incertain, est-ce que c'est vrai ?


- Charlotte : Moi j'ai grandi avec cette idée, mes parents m'ont vraiment mis en garde, ils avaient tellement peur que je prenne la grosse tête qu'ils m'ont toujours dit que ça pouvait s’arrêter du jour au lendemain. Quand on commence enfant, en général quand on est adulte ça ne continue pas. J'étais méfiante et j'avais peur de ne pas assumer le métier, donc je disais que je ne savais pas si je voulais vraiment être actrice ou pas. C'était juste par peur d'être humiliée à l'idée d'être recalée. J'ai toujours cette peur.

-Blogbusters : Et à l’inverse qu’est-ce qui vous paraît le plus facile, qu'est-ce qui est le mieux dans votre métier ?


-Pierre : Alors... comment dire... Il existe des acteurs qui ont le luxe de  travailler, qui ont le choix de raconter des histoires différentes, dans des styles différents, et ça, je trouve que c'est génial. Mais ce n'est pas le cas de tout le monde, malheureusement. Le mieux, pour moi, c'est la réaction du public. Quand les gens sont chaleureux, viennent me voir, me disent "ah là j'ai adoré ce que vous avez fait", ça reste quelque chose d'assez merveilleux.


Ne manquez pas en fin de journée le dernier épisode de la saga L'épopée du Renoir. 


Juliette Louf, Zélie Geoffroid, Mathieu Léal